Il n’y a plus qu’à se reposer

Au front pensif se pose

Le ciel limpide du petit matin.

La pollution a déserté.

Dans mars 2020,

Un rêve surréaliste incarné :

Le bleu provençal en île de France.

La clarté et la légèreté des oiseaux, 

Dont le chant envahit 

l’espace désert de la rue.

Torrents de pensées dénotent 

En notes sont vite changées. 

Bordure du vieux jardin

Ne résistera pas 

A la poussée des graines

Au soleil de printemps,

Aux tournesols à flanc de parcelle,

Aux vivaces prêtes à s’élancer

A la famille, aux amis réunis.

Les chats gardent la clepsydre. 

Calme étrange derrière les volets

La vie qui sait patienter. 

©Véronique Bonnet

Al bone’s One Man Balkan Brass Band, Vincent Gaertner, Nuria Rovirat Salat
En mode confinés ! Merci les gars, merci Nuria !

6 réflexions sur “Il n’y a plus qu’à se reposer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s