Atelier méditation

#méditation#nature#souffle#respiration#autohypnose

Une fois n’est pas coutume, je mêle ce texte parlant de méditation aux poésies et autres textes du blog…

« Le souffle c’est la conscience et la conscience c’est le souffle. »

.

Ainsi les pensées qui veulent contrôler le champ de l’être sont-elles invitées à occuper une place qui prend en compte le corps, la respiration, comme le suggère la parole ancestrale. 

Si vous vous reconnaissez au moins une fois dans ce qui suit, vous êtes éligible, selon un terme officiel  à …  reprendre ou continuer ( ou commencer) vos séances de méditation !

.

Les pensées font partie de nous mais ne sont pas nous. Pourtant, confusion, hyperactivité et désir de garder le contrôle,  nous conduisent au réflexe bizarre de nous appuyer sur des pensées qui sont des suppositions parfois délétères. 

Alors que s’appuyer sur des forces vitales est une ressource sûre, nous ne le faisons pas toujours en priorité.

Pourquoi?

.

La force de persuasion des pensées négatives nous coupe de la sensation de notre corps, et de la relation entre le corps et l’esprit. Elle maintient une alerte y compris sur du virtuel.

C’est dire la puissance de nos pensées. 

Nous pouvons nous en servir pour laisser revenir le « contrôle positif », celui de la réinitialisation écologique, de notre fonctionnement global basé sur l’écoute, la perception, l’attention au corps…

Mais cela ne veut pas dire :  s’écouter, s’écouter trop, ou s’auto -centrer en boucle et oublier de se mettre en relation…

Au contraire, la petite phrase ancestrale aborde une notion simple, et terriblement moderne sur la respiration : 

.

Porter son attention au corps. Percevoir son corps et respirer. S’y prendre un peu tous les jours. Même 10mn à sa chaise de bureau, quitte à mettre une alarme sur son téléphone. 

Nous sommes alors étonnés de constater que cela change notre rapport à nous-mêmes, à l’autre et au monde. 

Comme nous pouvons être étonnés que toute brassée de mauvaises nouvelles peut éloigner de nos pratiques les plus vertueuses ! Que dire alors si une chaîne de tv ( ou plusieurs ) les diffusent en boucle (les mauvaises nouvelles, pas les pratiques vertueuses) … 

.

La méditation et la méditation «  en mouvement » aident à reprendre contact, régulièrement avec nous-mêmes. Ce sont des pratiques de re connexion, à nous, aux autres, au monde. 

La respiration,  est une porte accessible vers le coeur, le nôtre et le cœur des choses de l’esprit, en direction d’une relation à l’autre et à la nature. Une ruse pour ne pas subir de front un assaut de pensées, et le flot des émotions, ou l’écran neutre, mais pas anodin, que l’on met pour cacher nos émotions. 

.

Si l’on n’arrive toujours  pas à se poser, prendre avec soi simplement un rendez-vous pour méditer, peut permettre de déjouer la tyrannie du mental. On peut observer combien de pensées, croyances nous éloignent de ce moment qui est pourtant naturel. 

.

Si l’on n’y arrive toujours pas, oser se désobéir, faire le « Boudha rebelle » (pour reprendre le terme de Dzogchen Ponlop, et sans plus se poser de question), s’y mettre. 

.

Si cela vous tient toujours éloigné du coussin ou de la chaise ( en position assise, dos droit, dans la sensation des points d’appui du corps , dans la sensation virtuelle entre le corps et le support qui vous reçoit, dans la sensation des bruits autour, d’une image ) 

alors, c’est que vous préférez peut-être «  la méditation en action » comme le disent certains méditants dans notre atelier. Vous êtes plus sensible au positionnement du corps dans l’espace, vous préférez bouger. 

Partir dans la nature, pratiquer le jardinage,  des activités créatives manuelles ou d’écriture. Ecouter ou faire de la musique. Lire.

.

Alors, vous méditerez en marchant, ou en faisant du vélo de façon « consciente », du sport. Vous trouverez une façon de vous sentir bien. 

Alors, vous aimerez peut-être revenir vers les activités dédiées au souffle et à la conscience du corps qui permettent de faire l’expérience de l’unité corps-esprit-coeur. 

.

Vous avez le choix de vous installer pour faire des mouvements de yoga, de gi gong, de danse spontanée, dans l’intention de porter votre attention au corps, à la respiration sur l’une partie ou l’autre du corps. Puis de laisser le corps respirer et de l’observer.

Nous avons nos cinq sens et aussi la proprioception ( le sens de position du corps dans l’espace, en statique ou en dynamique). 

.

Laisser les sens observer ce qu’il y a autour, puis le ralentissement  du mouvement comme une curiosité de sentir combien, au lieu de faire perdre du temps, ça nous fait gagner du temps. 

Celui où, présent à soi, à l’autre et au monde, nous nous sentons heureux de vivre, dans le monde, dans la nature, présents comme ils sont présents, à chaque instant. 

Vous trouverez. 

.

Et si parfois nous nous sentons découragés, prenons le temps de recevoir cette information  «  je suis découragé.e » ( nous recevons bien les mauvaises infos de la TV et nous ne nous écouterions pas dans notre météo intérieure? La blague …). 

Prenons le temps d’en prendre soin, de cette émotion, comme dit Thich Nhat Hanh ( nous n’aurions pas droit à ça ? Quelle blague …) avant de laisser le flux de la vie couler. Le sentir couler dans vos veines. 

Humains que nous sommes, à vouloir être plus que nous ne sommes, ou alors à ne pas nous autoriser à dépasser nos croyances.

.

A chaque instant vous pouvez travailler à être là, relié d’une autre façon. C’est vous en « augmenté » de cette parcelle consciente de ce qu’Hegel appelait « l’âme sentante ». 

Alors vous faites plus confiance à la vie et vous vous faites confiance à aimer la vie et vous pouvez sentir que la vie nous aime. Jusqu’à l’aspect spirituel de la vie en tant que reliance au monde. 

Vous ancrez cette expérience de façon corporelle en refaisant un exercice de présence régulièrement. Vous ricanez moins, vous souriez, vous riez. Vous vous surprenez à patienter même …  Tant de choses sont plus grandes que nous, nous dépassent. Et nous donnent confiance aussi, comme la lumière d’un matin de printemps par exemple.

Et vous savez que c’est une affaire de tissage qui évolue jour après jour, et se partage.

Belle journée à vous ! 

©Véronique Bonnet 2021

.

  • ateliermeditationchevreuse.com ( ARC de Chevreuse) 
  • atelier avec l’AFHTSMA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s