Clair hier

Vient ce temps 

En histoires contées 

Où les écureuils de guerre lasse 

Viennent partager leurs fantasques récoltes.

De la découverte du fruit nouveau

Au cœur de la froidure

Au bord des chemins, 

Jusqu’aux sauts de rivières grondantes et cailloux trébuchants,

Caresse d’arbres

Echos d’été, sous-bois  de champignons, 

Craquantes noisettes et traces de neige

Bleus de ciels intemporels,

Intempéries et douceurs de lune rousse

Fondus de soleils rouges, 

Camaïeux hérissés de sapins de montagne,

Etoiles de mousse, 

Vents passés déchaînés 

Et printemps avenir.

Sous l’arc en ciel dégagé du paysage compassé,

Le feu apparaît.

D’un orange chuchoté, 

Il crépite dans la clairière, 

Au milieu des danses de vie

Des panaches et des crinières.

Tourments d’amour, solitude glacée, 

Passions chimères, liens cendrés, 

Font aussi la flamme apaisée! 

Les animaux tombent d’accord :

« Le meilleur moyen d’éviter la chute des cheveux, c’est de faire un pas de côté. »

©Véronique Bonnet


Bonjour! Voici donc ce petit texte pour l’agenda ironique de Février, tenu  par Ecri ‘Turbulente. http://ecriturbulente.com/2019/02/19/lagenda-ironique-meme-pas-en-reve/

Le jeu d’écriture proposé :

Après beaucoup de péripéties (mais lesquelles ?) on me propose de rêver le rêve absolu.
Comment en est-on arrivé là ?

Eugène Ionesco – Journal en miettes

Au pied de la lettre, imaginez ces péripéties chargées d’un puissant magnétisme onirique, rêves de réalités de plus en plus intenses.

Rêver pour de vrai, jusqu’au rêve absolu.

Seule une « petite » contrainte : votre texte devra se terminer par cette phrase de Groucho Marx :

« Le meilleur moyen d’éviter la chute des cheveux, c’est de faire un pas de côté. »

Dans le secret d’une journée de Printemps

2018-03-13 22.53.40.jpg

Le bruissement passe, 

D’un ou d’une…

Peut être une fine guêpe, ou alors un bourdon dans le vent chaud…

Laissez donc vos oreilles ouvertes, 

A d’autres vibrations entendues.

Sentez, ces parfums de  fleurs attirantes que vous ne voyez pas encore… 

Caressez lui le coin de la bouche

Et laisser le sourire faire apparaître la fossette, la douceur attendrir la pointe de sensualité,

Et la sensualité faire dresser l’essaim des désirs… 

Soupesez la proposition… 

Humer le parfum de lilas, ou peut-être, celui de l’ylang Ylang, et commencez à agiter le lac intérieur en profondeur.

Comment faire, dites-vous?

Ma foi, je n’en sais rien, on a rarement tous les ingrédients… 

Laissez -vous surprendre, improviser, par ce qui est là, jusqu’à  ce que la préparation chauffe.

Laissez frissonner  et rougir…

Alors, à bonne température – que vous seuls connaissez –

Laissez le mouvement lent délier les corps et la nudité nimber la nuit d’amour et de suaves paysages. 

À ce moment précis , et si vous  preniez un temps pour  laisser la guitare gratter la peau,

Amplir les coeurs brûlants?

Vous pourriez peut-être, de mouvements en mélanges, 

De sensations tutti frutti en dunes douces , en sable émouvant,

Vous laisser ravir par le parfum.

Sa présence est dense, puissante.

Prenez votre temps pour écouter alors la vibration agir, rugir , 

Et la vague venir de loin et éclabousser les corps.

©Véronique Bonnet

La lecture conjointe des deux sujets du mois m’a inspiré ce texte. C’est donc ma participation aux deux  défis suivants :

  • Pour : A vos claviers :  » Composer un texte sous la forme d’une recette qui ne se mange pas « , thème proposé par Estelle de  « L’atelier sous les feuilles ».
  • Pour : L’agenda ironique de mai : « NU, NUE, NUS, NUES…. déshabillez-vous! » , proposé par Valentyne de « La jument verte ».

L’agenda ironique : le cirque bleu de Chagall

Bon, je me lance… Voici ma participation  pour « Le cirque bleu de Chagall » dans le cadre de  l’agenda ironique avril 2018 organisé par « l’atelier sous les feuilles »

chagall-cirquebleu-a_0

(Le cirque bleu de  Chagall : source)

 

Au cœur de Paris,

Le chapiteau est en imperméable vermillon.

Il apparait comme dans un tour de magie.

Hop, le voilà, sur le terre plein ! Non pas un lapin !

Enfin une fantaisie au milieu des immeubles de la porte Maillot, et des beaux escarpins.

Le cirque Romanès !

C’est bien loin du business ou de la dame patronesse…

Il est tout beau, comme sorti du songe d’un petit à la fenêtre.

Les bâches sont ouvertes, rouges et bleues, en pleine ville,

Je m’approche, impressionnée comme une fillette,

Je suis la première, je m’avance encore.

Il fait noir dedans, je franchis l’entrée.

L’air sent la poussière et le cuir animal,

Le silence et le vide m’absorbent, mais au final,

Les yeux finissent par distinguer, pêle mêle

Harnais posés de côté, cordes savamment nouées, tabouret fait d’un sens interdit,

Table recouverte d’un patchwork indien, ou peut-être turc,

Et voilà le grand rideau orangé, doré et chamarré… les couleurs de  Chagall…

Mais il s’ouvre sur la piste sombre et les strapontins sont  vides. Encore un pas…

« J’arrive », dit l’inconnu, » je vous mets la lumière ! »

Clac ! clac ! J’avance encore… Et soudain… j’entre dans le cirque bleu,

Outremer comme le songe,

comme les étoiles de l’enfance, comme le tableau de Chagall…

J’entre dans le cirque multicolore, en plongeon de lune argentée,

Je pars en voyages lointains, juste là, sur la piste,

Je m’étire en entrechats impossibles,

J’entends les rugissements, les galops élégants de ces chevaux verts sans nuls autres pareils,

L’air se fend de coups de cravache qui ouvrent la sarabande,

Le pantalon de Mr Loyal passe, la jupe gitane ondule et le tambourin sautille,

Le clown triste dessine enfin son sourire,

L’écuyère en tutu scintillant virevolte et s’allonge en poisson chat,

Les danseurs rougeoient sous les yeux médusés,

Les couleurs métamorphosées se dorent aux rampes,

Le temps d’un numéro, dans l’espace-temps survolté, le temps de la lumière,

C’est mieux qu’une prière.

Et toujours, pourtant, le noir attend les artistes transfigurés, là, juste derrière…

Triste vérité sous le chatoyant du rideau, le sourire dessiné se lasse, s’efface.

Rouge patiné reste le sol, de toutes ces fêtes, de tous ces souvenirs,

Rouge palpitant est le cœur aimant de tous ces enfants, petits et grands

Qui passent la porte toute simple du cirque bleu…trouver l’abri du rire.

 

©Véronique Bonnet

2018-04-21 01.40.40

2018-04-21 01.40.24

2018-04-15 10.43.15

2018-04-21 01.51.04