La trace

On peut explorer la poésie comme un état. Mais elle m’apparait surtout comme un processus à découvrir, une piste, une ouverture aux sens et aux mots.

Cheminer dans un texte poétique à partir d’une situation, d’un focus. Et s’intéresser au point possible de changement. A la portée des mots, à la plus petite modification, qui se montre là, dans le quotidien, peut-être dans la respiration. Faire émerger l’impromptu, la poésie de nature. S’allier ce vital. Tisser avec lui, et ce qu’on est. Quelque chose de faire avec, et créer ensemble émerge.

Extrait de Poésies de l’Antre-Temps de Véronique Bonnet (Editions Edilivre) :

        Oz

Ces gouttes de pluie, perles de rosées
En suspension osée
Fragile équilibre
En beauté transparente,
Déposées  là, sous nos yeux
Dans le charme désarmant  de l’incompréhensible nature.
Un message si évident de perfection
Qui resterait  sans réponse?
Qui chercherait  aussi l’écho de la conque des vivants cœurs,
Ceux qui s’ouvrent à tant d’ondes bienfaisantes offertes.
Ces apparitions du quotidien habillent l’instant de joie, effacent les brouillardeuses questions,
Tracent la confiance.
Comme les trois petits points à suivre…
D’un chemin intérieur qui se dessine.

 cropped-cropped-fullsizerender1.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s