Contemplation

205

Devant cette vibrante étendue outremer

caressé par un soleil de fin de journée,

le corps respire, le vent vient chercher une place.
Des rayons doux mais pourtant plus profonds qu’au zénith où ils brûlent la surface…

Capables de dissoudre dans la scintillante bleutée,

l’humeur, la réactivité, et renvoyer un miroir de beauté

dans lequel je plonge avec un ravissement sans mot,

le temps d’une vague qui s’étale sur la grève.

Que dire devant l’écho d’un monde parfait en essence,

en présence.

Quand aimerons-nous assez

ces éléments qui nous aiment?

 

IMG_7919

extrait de « poésies de l’antre-temps »   Véronique Bonnet,     éditions Edilivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s